mercredi 28 juin 2017

Un conférencier de France + 15 raisons pourquoi venir au Camp de Jeunes adultes à Brochet du 18-20 août


L'INSCRIPTION EN LIGNE                         LE SITE DU CAMP BROCHET

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Du 18 au 20 août, c’est le Camp de jeunes adultes au Camp Brochet (« CB 18+ » pour les intimes). L’accueil et l’inscription sont le vendredi 18 août vers 19h. Guillaume Bourin sera notre conférencier durant cette fin de semaine. Il apportera 4 conférences d’environ 40 minutes. En plus des conférences, un tas d’activités sont possibles : volley-ball de plage, soccer, plage, randonnée, canot, feux de camp, etc. Le camp se termine le dimanche après le diner.

Notre conférencier : Guillaume Bourin
Guillaume est un gars particulier avec une histoire particulière. Il est née en 1979 dans une bonne famille, mais athée. Durant son adolescence, il s’est enlisé dans la consommation de drogues, si bien qu’il a commencé à en vendre et à s’enfoncer dans ces milieux. Après un séjour un prison, Dieu s’est servi d’un chrétien qu’il avait rencontré durant son adolescence pour l’amener à lui. D’un coup, la Bible est passée d’un livre de règlements à un livre qui lui parlait directement, qui révèle le Dieu vivant. Il a donné sa vie à Jésus, puis il s’est ensuite engagé à réparer les tords qu’il avait causé dans sa vie précédente.
L'agréable visage de Guillaume B.

Le pardon qu’il a reçu en Jésus l’a ensuite motivé à servir avec passion dans l’Église. Depuis 2012, Guillaume a notamment servi avec Global Recording Networks en tant que missionnaire, puis en tant que pasteur dans différentes églises de la région parisienne. Il coordonne également les activités de l'Institut Biblique #Transmettre en Francophonie, et anime différentes chroniques radiophoniques sur C-Foi FM et Phare FM. Vous pouvez retrouver toutes ses activités sur le blogue Le Bon Combat (www.leboncombat.fr)
Guillaume a fait des études au séminaire baptiste Southwestern entre 2013-2017, obtenant un M.Div. puis un Th.M. en études de l’Ancien Testament.
De quoi Guillaume va-t-il parler? Durant les 4 interventions qui seront proposées, Guillaume parle de la manière dont la Grande Mission peut témoigner de notre passion pour Dieu. Le mandat missionnaire est intimement lié à la gloire de Dieu et à la marche de ses enfants dans la joie.
Feu de Camp - crédit photo Timothée Poeymirou
J’ai (Marc-André) rencontré Guillaume à Dallas lors d’une session de formation sur un logiciel biblique. Quand il a posé une question, son accent français l’a tout de suite trahi. Je l’ai par la suite contacté et nous avons fais connaissance. J’ai été personnellement très encouragé par ce gars : sa passion pour l’évangile, la formation de disciples et son énorme leadership. La façon dont Dieu l’utilise en France pour l’évangélisation et pour insuffler du dynamisme sera un grand encouragement pour chacun d’entre nous. Guillaume saura recentrer nos regards vers Jésus et nous mettre aux défis avec des applications pratiques et centrer sur la Parole pour nous amener à rejoindre nos voisins qui ne connaissent pas le Seigneur.
Bref, je suis vraiment fan. J’ai hâte d’entendre Guillaume, d’être mis au défi par lui et que chacun d’entre vous puisse l’entendre aussi.
Peut-être qu’à ce point-ci tu n’es pas tout à fait encore convaincu de pourquoi tu devrais venir au camp de jeunes adultes?

Voici 15 raisons pourquoi tu dois y aller :
Canot - crédit photo Timothée Poeymirou

(1) Parce que tu n’es jamais venu au Camp Brochet. Le CB est sur un site magnifique : une plage avec canots, kayak et rabaska, et installations de plaisance, le plus beau terrain de soccer au SLSJ, 2 terrains de volley-ball de plage, un gymnase intérieur, de nombreux sentiers pédestres. Si tu n’as jamais visité et profité du site, le CB 18+ est ton occasion.

(2) Parce que tu es déjà venu au Camp Brochet. Si tu es déjà venu au Camp Brochet ou au CB 18+, tu sais que c’est tout simplement fantastique. Donc reviens !
(3) Parce que tu te poses des questions sur la foi chrétienne. Tu as colorié Jésus en 1ère année du primaire et ta culture religieuse s’est pas mal arrêtée là? Viens rencontrer des étudiants, des infirmières, des soudeurs, des ingénieurs (etc.) pour qui Jésus change tout. Viens entendre le message de la Bible, au-delà des stéréotypes reçus.

(4) Pour profiter du meilleur terrain de soccer au SLSJ, de la plage fantastique du CB et de ses deux terrains de volley-ball de plage. Le CB a le meilleur terrain de soccer au SLSJ et les terrains de volley sont très biens. Le calibre est amical (tout le monde est le bienvenu), quoique compétitif (il y aura un tournoi). 

(5) Pour un week-end trippant avant de recommencer l’année. Tu sais que le cégep/l’université/l’année à la job va te drainer, alors commence par quelque chose qui va recharger tes batteries.
(6) Pour t’encourager dans ta foi vacillante. Le CB 18+ pourrait être un moment crucial pour toi. Prends cette fin de semaine pour considérer où tu t’en vas.
(7) Tu es en remise en question sur le sens de la vie? Sommes-nous le résultat d’un processus aveugle et serons-nous ravalés dans l’inexistence dans l’indifférence la plus totale de la froideur de l’univers? Le Christianisme a des réponses perçantes aux désirs du cœur humain.
(8) Pour rencontrer des amis. Tu veux rire sur une plage et avoir du bon temps, le CB 18+ est parfait pour ça.
(9) Pour rencontrer l’âme-sœur. Il faut bien la rencontrer à quelque part!
(10) Pour dormir dans une tente. Le Camp Brochet a un site de camping.
(11) Pour NE PAS dormir dans une tente? Le Camp Brochet possède des chambres et des cabines confortables pour t’héberger. Pas besoin de jouer à Bear Gryllz.
(12) Pour profiter de la nature et découvrir le SLSJ. Tu es un habitant d’un vilain grand centre [aka. MTRL]? Viens faire un tour dans la fabuleuse région du royaume du Saguenay Lac-Saint-Jean.
Backflip sur la pyramide - crédit photo Timothée Poeymirou
(13) Parce que c’est seulement 70$ pour 3 jours si tu t’inscris avant le 14 août. Il y a un rabais de 20$ pour les personnes qui apportent leur tente.
(14) Pour reconnecter avec des vieilles connaissances. Genre moi!
(15) Pour venir écouter l’enseignement des saintes Écritures! Si tu n’as aucune connaissance du christianisme, ce sera une excellente série de conférences qui te permettra de comprendre qui est Jésus et qui sont les chrétiens en 2017.  




J’espère sincèrement vous voir au CB 18+ cette année! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser.

L'INSCRIPTION EN LIGNE                         LE SITE DUCAMP BROCHET



Cliquez le bouton « j’aime » / like, partagez, Twittez, et prenez une photo de vous avec un beau filtre et envoyez ça sur les Instagrams. 

samedi 3 juin 2017

Graduation et plans futurs ?

Ilya (coloc), M-A et Josée-Anne
[Ce blogue est une version simplifiée (moins de détails) de la lettre de nouvelle finale que j'ai envoyé à mes donateurs. Si vous ne l'avez pas reçu, signalez-le moi.]
Ça y est, j’ai gradué de ma maitrise en théologie au séminaire théologique de Dallas il y a trois semaines.

Dans le Psaume 34, David rend gloire à Dieu devant l’assemblé pour une délivrance miraculeuse que l’Éternel a opéré pour lui. Il s’exclame au verset 8 : « Goûtez et voyez combien l'Éternel est bon! ». Après ces trois années à Dallas, je suis dans une position analogue à David : j’ai goûté à la bonté de l’Éternel de façon assez spectaculaire et je veux lui rendre gloire.
Souvenir de Décembre 2015 d'un cours très difficile
Durant la période des fêtes 2014, quelqu’un m’a demandé « comment va te coûter tout ton programme à DTS? ». J’ai répondu « environ 80 000 $ ». Cette personne a ajouté : « comment vas-tu payer tout ça? ». J’ai répondu en tremblant dans mes souliers : « Dieu va pourvoir ».
Trois ans plus tard, Dieu a pourvu. Non seulement a-t-il pourvu financièrement, mais il a déversé un nombre incroyable de bénédictions.
Parfois, l’Éternel est bon parce qu’il « est près de ceux qui ont le cœur brisé » (Ps. 34 : 18) et parfois, il est bon parce qu’il donne de bons cadeaux. C’est avec un cœur débordant de joie que je me retrouve dans la deuxième option. Tout ce que j’ai, je l’ai reçu parce que l’Éternel a déversé sa grâce sur moi. Toute la gloire lui revient.
Et puis, tout ce que j’ai, je l’ai reçu parce que vous avez été les outils que Dieu a utilisées. Je veux vous remercier pour vos prières que Dieu a écoutées. Je vous remercie pour votre participation financière durant ces trois dernières années, parce que sans celle-ci, tout cela aurait été impossible. Le fait de savoir que vous donniez cet argent au Seigneur avec joie m’a motivé avec une grande crainte à travailler de façon irréprochable. S’il s’agit de mon nom qui est écrit sur le diplôme, c’est aussi à vous qu’il est décerné parce que vous avez été une partie sans laquelle rien de tout cela n’aurait pu être possible. Puisque l’Église est un corps, mes succès vous sont attribuables. De mon côté, j’ai été fortifié dans ma conviction de la beauté du corps de Christ, de la puissance de nos liens en Lui et nourri dans mon désir de redonner à l’Église québécoise au travers du service de ma vie; pour le salut des âmes, par la santé de Sa sainte Église et pour Sa gloire. Toutes ces bénédictions ont enrichi mon processus de formation et maintenant je veux revenir au Québec pour redonner ce que l’Éternel a déversé dans ma vie.
Gloire à Dieu et merci à vous tous!
Les prochaines années au Québec
Photo des gradués de 2017 présents à la graduation
Je serai de retour à Saguenay en juillet 2017. En août, je commencerai à m’insérer dans le ministère pastoral à temps partiel à l’Église évangélique de Chicoutimi. Je serai un « ancien en formation » : j’aurai l’occasion de grandir dans des compétences en enseignement, en évangélisation, en soins pastoraux et en leadership sous la supervision de mes anciens.
En septembre 2017, je commencerai un doctorat en théologie à l’Université Laval. Ma recherche sera en études du Nouveau Testament. Ces études m’aideront à long terme à servir l’Église québécoise (et particulièrement la famille des Frères) en m’équipant pour (1) l’éducation biblique des chrétiens québécois qui ne peuvent faire ce que j’ai fait, (2) la tâche de pasteur, (3) pour la diversité des dons dans nos églises régionales. Le doctorat à Laval est flexible : je n’ai qu’un seul cours à faire sur le campus. Toutes les activités d’apprentissage sont en lien vers la thèse de doctorat. Bref, c’est une option parfaite pour que je puisse être à la fois « ancien en formation » et étudiant.
À long terme, je souhaite contribuer à dynamiser le mouvement des Frères pour que ses églises soient en santé, se reproduisent, grandissent et croissent en maturité. Le rêve que je tiens devant Dieu avec des mains ouvertes, c’est que les Églises de frères se renouvellent (i.e., qu’elles ne soient pas des congrégations vieillissantes puis mourantes) et soient capables de porter le flambeau de l’évangile au Québec dans les décennies à venir. Je veux œuvrer à ceci par l’exemple de ma vie, par mon enseignement, par ma passion pour l’évangélisation, dans mon couple et en facilitant l’émergence et l’éducation des autres futurs serviteurs-leaders au Québec.
En août, je serai directeur du camp de jeunes adultes au Camp Brochet avec d’autres frères et sœurs. 
Je compte continuer d’alimenter mon blogue, mais je suis dû pour une refonte de concept. La présente formule est un genre de lettre de nouvelles de mes études à Dallas... j’aimerais continuer de bloguer, mais je voudrais le faire avec un médium qui voyage mieux.
C’est déjà la fin... mais ce n’est qu’un début!
Encore une fois, je veux vous remercier de votre support spirituel, financier et moral! Il m’est difficile d’imaginer tout ce que vous avez sacrifié pour que je puisse faire ce programme d’étude. Sans vous, rien de tout cela n’aurait été possible. Votre investissement dans ma vie fut un énorme geste de confiance poignant et il me fait savoir à quel point nos liens en Christ sont forts. De tout cœur en Christ, merci. Que le Seigneur vous bénisse et vous donne de grandir en grâce.
Marc-André Caron

« Goûtez et voyez combien l’Éternel est bon » - Ps. 34 : 8


Requêtes de prière

(1) En juillet, je contribue à un chapitre de livre sur l’identité chrétienne. Je condense et transforme ma thèse de maitrise en un format lisible et utile — je vous demande de prier pour mon niveau de motivation; (2) Transition vers le ministère pastoral à Saguenay et les études à temps partiel à l’U. Laval; (3) grandir en grâce, service et humilité.

dimanche 7 mai 2017

Comment voir ma graduation en ligne ?!

Salut à tous,
Josée-Anne et moi à Southern Methodist University

Ma collation des grades sera samedi 13 mai. Il sera possible de voir la graduation en ligne à l'adresse suivante. La graduation commence à 11:00 AM (heure du Québec).

Aussi, le vendredi 12 mai, c'est la dernière chapelle, qui s'appelle la "Chapelle du commencement." C'est un événement dans lequel des prix d'excellence sont remis et où nous sommes commissionnés pour le reste de nos vies. Ce sera peut-être (je ne suis pas trop certain) disponible en simultané en cliquant ici.

Je suis très béni d'avoir Josée-Anne avoir moi pour cette semaine. J'ai hâte de revenir au Québec et d’œuvrer parmi vous en Lui.

Gloire à Dieu et merci à tous pour toutes ces façons dont vous m'avez supporté!!!

Marc-André

vendredi 14 avril 2017

Le résurrection, FAKE NEWS?


Dans mon fil Facebook cette semaine, ce message de Stéphane Gendron a surgi. Puisque monsieur Gendron est une figure publique, je vais l’utiliser comme point de départ pour ce billet.


Par C. S. Keener (http://www.craigkeener.com/), trad. par MaC
Monsieur Gendron représente l’attitude populaire par rapport à la résurrection : un rejet total sans même connaitre les sources et les données de la discussion. En réponse, le but de ce présent blog est de présenter les données du « problèmes » de la résurrection. Sous la prémisse qu’il est impossible qu’une personne ressuscite parce que personne n’est jamais ressuscitée des morts (logique circulaire?), il est à prime abord très facile de rejeter la résurrection («parce que c’est un miracle et que les miracles sont impossibles!»). Quand on prend le temps de considérer les faits historiques non-contestés (autant par les historiens chrétiens que non-chrétiens), les événements de la Pâques originale deviennent vraiment complexes. Il y a des faits à expliquer. Dire que la résurrection est une fake news n’est pas suffisant. Pour démontrer que la résurrection est fausse, il faudrait aussi que monsieur Gendron fournisse une théorie qui a une puissance explicative supérieure à celle de la résurrection. Pareillement, il ne suffit pas de dire qu’il est faux que la Terre est plate, il faut déloger la théorie de la Terre plate par une théorie ayant une puissance explicative supérieure.

Tout ceci présume que les faits quant à l’origine du Christianisme soit connus, ce qui est complètement faux pour la majorité des sceptiques de salon. Il y a des faits indiscutables associés aux origines du christianisme que TOUT LE MONDE (chrétien comme non-chrétiens) doit inclure dans une explication de ce qui s’est « vraiment passé » lors de la première Pâques. Nous verrons qu'en comparaison avec les théories alternatives, la croyance chrétienne historique que Jésus est ressuscité des morts possède en fait une valeur historique très robuste. 
Donc, quelles sont les DONNÉES HISTORIQUES INDISCUTABLES qu'une explication de la Pâques originale doit prendre en compte?

Fait #1 — Jésus de Nazareth fut crucifié entre AD 30 et 33
Sources: Lettres de Paul (c. 45 AD), les 3iers évangiles (c. 60-70 AD), l'existence de l'Église, Flavius Josèphe (historien romain d’origine juive c. 80 AD), Tacite (historien romain, c. 90 AD), Mara Bar Serapion (c. 73 AD), le Talmud (écrits des rabbins codifiés c. 200 AD). Si vous penses que Jésus de Nazareth n’a jamais existé, lisez ceci.


Fait #2 — Des disciples de Jésus (e.g., Pierre, Jacques et Jean) et des gens qui n’étaient pas des disciples de Jésus (e.g., Jacques, son frère, et Paul de Tarse) ont cru que Jésus leur est apparu, à différents moments et à différents endroits.
Les premiers disciples de Jésus, incluant Pierre, Jacques, Jean et d’autres (à la fois des disciples et des non-disciples de Jésus), à différent endroits et à différents moments, ont cru voir Jésus leur apparaître. Plus de 512 témoins oculaires selon l’une de nos sources— Est-ce qu’ils ont réellement vu Jésus? Au bas mot, ils ont certainement vu quelque chose. Ça ne veut pas nécessairement dire que Jésus leur est RÉELLEMENT apparu, mais ça veut dire qu’ils ont PENSÉ que Jésus leur est apparu. Ceci soulève la question : quelle est la cause raisonnable et suffisante de cette croyance? Avaient-ils un motif (e.g., devenir riche) ?

Fait #3 — Paul de Tarse, un pharisien (courant religieux juif conservateur du 1er siècle) qui cherchait à faire assassiner et à faire emprisonner les disciples de Jésus, s’est transformé en apôtre de Jésus. La raison: il a rencontré Jésus ressuscité.
Les sources sont les écrits de Paul (épître aux Galates) et ses discours rapportés dans le livre des Actes. Il faut noter que Paul est devenu un chrétien subitement, et que Paul a souffert et est mort martyrisé pour sa nouvelle croyance. Paul de Tarse, un juif ethnocentrique et exclusiviste selon les standards de nos jours, est cependant celui qui a propagé la foi chrétienne chez les non-juifs. Quelle a été la cause suffisante et nécessaire de sa conversion? Qu’est-il arrivé à Paul? Pourquoi était-il maintenant prêt à mourir pour Jésus? Pourquoi a-t-il mis de côté une carrière prometteuse comme pharisien pour devenir un parias autant pour sa culture que dans le monde gréco-romain (il fut crucifié sous Néron dans les années AD 65ish).

Fait #4 — au 1er siècle, il y a eu 14 autres mouvements messianiques.
Les Juifs du 1er siècle vivaient sous l’Empire romain, et plusieurs groupes politico-religieux attendaient avec impatience la venue d’un sauveur politique (i.e., le messie). Il y a eu 14 autres mouvements messianiques lors du 1er siècle [Pour voir certains d’entre eux et les sources associées, cliquez ici]. Tous ces mouvements étaient bâtis autour d’un leader charismatique ayant des disciples, et qui affirmaient être le messie, c-à-d le sauveur politique d’Israël. Tous ces mouvements ont été écrasés par les Romains, et leurs leaders ont été crucifiés. Les disciples de Jésus avaient 2 options : abandonner la révolution ou trouver un autre leader—  dire que le leader original était vivant n’était pas une option, à moins qu’il soit vivant! Très tôt après la crucifixion de Jésus, le mouvement de Jésus s’est mis à grandir à Jérusalem, la ville même où il fut crucifié.
—> Comment est-ce qu’on explique ceci si Jésus est resté mort? Si Jésus était mort, qui les a fait agir? C’est assez difficile de partir une religion quand tu es mort.

Fait #5 — Les disciples de Jésus ont proclamé que Jésus était ressuscité des morts AU MILIEU de l’histoire humaine.
La plupart des juifs croyaient en une résurrection générale (tout le monde ensemble) à la fin des temps, mais personne ne s’attendait à ce qu’une seule personne ressuscite. Aucun des 14 autres mouvements messianiques n’a affirmé que leur leader était ressuscité. La proclamation unique des disciples de Jésus était que leur messie crucifié était ressuscité des morts au milieu de l’histoire (et non à la fin des temps, ce qui était la croyance de la plupart des juifs). Personne ne s’attendait à ce que le messie ressuscite, encore moins un messie crucifié. Même si les disciples avaient eu des hallucinations parce qu’ils voulaient vraiment un messie, ils n’auraient pas conclus qu’ils étaient ressuscité CORPORELLEMENT — ils auraient dit qu’il était monté au ciel. Le point ici, c’est que les croyances chrétiennes n’ont aucun avantage : elles sont déconnectées des croyances juives générales du 1er siècle et elles sont difficiles à défendre (nous croyons en un messie ressuscité corporellement!). Pour qu’un groupe développe de telles croyances, il faut une cause première nécessaire et suffisante.
—> Qu’est-ce qui a créé cette croyance unique chez les premiers chrétiens à propos d’un messie crucifié et ressuscité des morts?

Fait #6 — Le mouvement de Jésus transforme des traditions juives vieilles de 1500 ans
Les premiers disciples de Jésus ont transformé des traditions juives vieilles de 1500 ans: la Pâque (fête juive commémorant la libération des juifs de l’esclavage de l’Égypte) devient le Repas du Seigneur (pain et le vin ne sont plus à propos de l’Égypte mais du sang de Jésus). Les disciples de Jésus cessent d’observer le lois alimentaires et la circoncision n’est plus nécessaire pour être en relation avec Dieu (les chrétiens juifs continuent de l’observer comme pratique culturelle, mais ils ne s’attendent pas à ce que les chrétiens non-juifs se fassent circoncire. C’est complètement révolutionnaire et impensable pour un Juif du premier siècle--- à moins que Dieu lui-même apporte des changements. La circoncision était le marqueur physique qu’une personne appartenait à l’alliance que Dieu avait traité avec Moïse). Ensuite, le Sabbat (samedi, le 7ième jour) devient le Jour du Seigneur (dimanche, le jour de la résurrection)!
—> Pourquoi est-ce que ces marqueurs indispensables de l’identité juive ont été transformé?


Fait #7 — Les disciples de Jésus proclament que ce charpentier crucifié est le Seigneur de tout l’univers.
Les premiers chrétiens disaient que Jésus partageaient l’identité de YHWH, le Dieu d’Israël. Pour n’importe quel Juif du 1er siècle, cette affirmation était complètement blasphématoire parce que ça semblait dire qu’il y avait 2 dieux et que Dieu était un homme. Les disciples priaient dans le nom de Jésus et ils chantaient des hymnes en son honneur. Ils sont morts pour lui et pour son message.
Par Jean Marchand
—> Qu’est-ce qui explique une croyance aussi radicale à propos d’un gars mort crucifié? Personne, au 1er siècle, ne s’attendait à ce que le messie soit Dieu.
—> Si Jésus n’est pas ressuscité des morts, pourquoi disaient-ils ceci à propos d’un messie crucifié, mort et faux?
—> Si on demandait à Paul de Tarse : « Comment sais-tu que Jésus est Seigneur? » Il te dirait que c’est parce que Jésus est ressuscité des morts. La résurrection confirme tout ce que Jésus a dit : ses miracles, ses enseignements, sa prédication et que le Royaume de Dieu était arrivé.



Possibles théories qui expliquent ces faits
En intro, j’ai souligné que dire que la résurrection est une fake news n’est pas suffisant. Il faut aussi fournir une théorie qui a une puissance explicative supérieure à la résurrection. Au fil du temps, quelles sont les théories qui ont été avancées pour expliquer la Pâques originale?
Théorie de l’évanouissement: Jésus est tombé dans un comas puis s’est réveillé 3 jours après et est sorti de la tombe. Quelques difficultés rapides: (1) Jésus n’aurait pu survivre une crucifixion romaine; (2) les soldats romains étaient certains de sa mort (Jeann 19:31–33); (3) Que s’est-il passé avec Jésus après? (4) Comment est-ce que ceci explique les faits #5, 6, 7 ?
Théorie de l’hallucination: les disciples ont eu des hallucinations. Ils ont vu ce qu’ils voulaient voir. Ils se sont convaincu d’une vue de l’esprit et ils l’ont dit aux autres. Quelques difficultés rapides: (1) trop de témoins pour une hallucinations de masses; (2) dans les faits, les disciples ne voulaient pas croire à la résurrection (faits #2, 3, 4, 5, 6, 7); (3) les hallucinations durent des secondes et des minutes, et non 40 jours. (4) La croyance historique de l’Église, c’est que Jésus Christ est ressuscité corporellement. Les disciples ont touché Jésus et ont affirmé avoir mangé avec lui. Si la cause originale des croyances de la Pâques était une hallucination, ça n’explique pas la fascination chrétienne avec la résurrection corporelle. (5) Comment expliquer le tombeau manquant?
Théorie de la conspiration : la résurrection était une invention des apôtres et ses disciples ont volé le corps. Quelques difficultés rapides: (1) Comment expliquer l’apparition des croyances chrétiennes dans leur format difficile, innovateur et quasiment impossible à défendre (faits # 4, 5, 6, 7) ? Personne au 1er siècle ne croyait à la résurrection corporelle au milieu de l’histoire; (2) Les disciples sont morts volontairement pour leur foi; (3) les disciples ont eu un changement de caractère (de la peur vers le courage); (4) les disciples n’ont pas profité de leurs croyances; ils sont morts pour leur croyance plutôt que d’être riches ou adulés.
Bref, les théories alternatives sont plutôt ridicules. Il vaut mieux dire « qu’on ne le sait pas », ce qui est probablement la position de monsieur Gendron. Mais de dire que c’est une fake news va décidément au delà de ce que monsieur Gendron peut démontrer.
Au bas mot, ça ne prouve pas que la résurrection de Jésus est vrai, mais ça démontre que les explications alternatives actuelles sont désespérées et incapables d’expliquer les données historiques de base de la Pâques.
La seule théorie qui a une puissance explicative nécessaire et suffisante, c’est que Jésus Christ est ressuscite des morts.
La meilleure explication de ces 7 faits, c’est que Jésus est ressuscité des morts après avoir passé 3 jours dans le tombeau. Il n’y a pas eu d’autres explications qui expliquent de façon satisfaisante que la tombe était vide, que les disciples ont dit avoir vu Jésus, et que leurs vies et leur religion fut transformée. Je vous voir venir et me dire ...

« Ok Marc-André, tu as fait une démonstration raisonnable que les événements de la première Pâques sont complexes, que les théories alternatives sont inadéquates, et que la croyance chrétienne historique est la meilleure explication jusqu’à maintenant, mais ça ne me convint toujours pas de mon scepticisme anti-supernaturel? »
Si quelqu’un choisit de rester sceptique, la science historique ne peut pas amener cette personne plus loin.
N.T. Wright a dit : « L’Apôtre Thomas a demandé une preuve de la résurrection de Jésus. Mais Jésus est au dessus des preuves et quand Jésus est apparu à Thomas, il ne voulait plus mettre ses doigts dans les plaies de Jésus, et il a dit ‘Mon Seigneur et mon Dieu.’
Quand Jésus est apparu à Pierre après qu’il l’ait renié trois fois, Jésus n’a pas dit 'tu me croyais pas!' Mais ‘Simon Pierre, m’aimes-tu?’ — C’est l’amour qui croit. L’amour c’est la façon la plus profonde de connaitre quelque chose.
Donc l’histoire vous amène au bord de la foi et de l’amour, comme Pierre et Thomas. » La foi en la résurrection, c’est assurément un événement historique, mais c’est aussi une rencontre personnelle avec le Jésus ressuscité qui vit encore aujourd’hui. Une rencontre qui bouleverse et convint à cause de l'amour de Dieu déversé dans nos coeurs.
Mais ça soulève la question... Qu’est-ce que tu vas faire à propos de lui?
Depuis que le Christ est ressuscité, il a changé la vie de milliers de personnes à chaque génération, de Jérusalem jusqu’aux extrémités de la Terre. Ceux qui sont transformé par lui rendent témoignage de ce qu’il a fait pour eux. Ceux qui ont vécu avec lui sur Terre ont écrit des livres qui expliquent comment il changeait les vies : les 4 évangiles. Mais Jésus est encore vivant et il change encore des vies. C’est pour ça que chaque année, les chrétiens célèbrent la Pâques. Jésus est ressuscité au « milieu de l’histoire », mais il revient bientôt où ceux qui auront placé leur foi en lui le suivront dans la résurrection pour la vie éternelle, et les autres dans la résurrection pour le jugement.
Comment faire sa rencontre? Si vous êtes intéressés, je vous suggérerais, chers lecteurs, (1) de commencer par lire les quatre évangiles; (2) de faire la rencontre de chrétiens qui sont caractérisés par l’amour de Jésus; (3) de prier Dieu avec honnêteté en lui demandant de se faire connaitre à vous. La Parole dit: « Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre coeur. » (Jérémie 29:13).
Je suis ouvert à correspondre avec quiconque, et je reviens au Québec cet été!

Le vrai Fake News est discuté dans l’Évangile de Matthieu 28:12–15:
Soichi Watanabe: The Prodigal Son Returns
 « Ceux-ci [les leaders religieux d’Israël], après s'être assemblés avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme d'argent, en disant:  Dites: Ses disciples sont venus de nuit le dérober, pendant que nous dormions. Et si le gouverneur l'apprend, nous l'apaiserons, et nous vous tirerons de peine. Les soldats prirent l'argent, et suivirent les instructions qui leur furent données. Et ce bruit s'est répandu parmi les Juifs, jusqu'à ce jour. »






Joyeuse Pâques! Il est ressuscité!




(La structure et le contenu des arguments dans cet article provient du travail de Justin Bass (principalement), N.T. Wright, Garry Habermas et William Lane Craig.) 
_____________________________________________________________________

Quelques nouvelles et requêtes de prière
Tout mon travail de maitrise doit être complété d’ici le 28 avril. Tout va très bien. J’ai remis la version finale de ma thèse de maitrise cette semaine. Je n’ai plus qu’un projet majeur à remettre. Je tiens bon! Requêtes de prières: (1) discipline, acuité intellectuelle et passion pour bien finir mes études à Dallas; (2) grandir en grâce et en service; (3) la transition : vers les études doctorales à Laval, le rôle de berger dans l’église, déménagement vers le Québec.
Merci de m’avoir lu,
Marc-André 

mardi 21 mars 2017

Résumé de ma semaine de relâche au Tchad (Afrique)

[J’ai vraiment de très bonnes photos du voyage, mais par respect pour mes hôtes et ami(e)s auxquels je n’ai pas demandé la permission de mettre ces photos sur le web, j’ai décidé de ne mettre que des photos sans personne d’identifiable, sauf exception]
Durant ma semaine de relâche, je suis allé au Tchad, en Afrique. Le Tchad (13 millions d’habitants: 55% musulman, 35% chrétien) est un pays enclavé dont la partie nord est localisée dans le Sahara.
Dr Calenberg et moi. Le chapeau est nécessaire pour le soleil


En janvier dernier, l’un de mes professeurs, Dr Richard Calenberg, m’avait invité à se joindre à lui pour ce voyage du 12 au 19 mars, afin d’être son traducteur. Dr Calenberg a passé plus de 10 ans au Nigéria comme professeur dans un séminaire et comme directeur régional pour la SIM (Serving in Mission). Depuis 2011, Dr Calenberg est le directeur du « Projet Romains », un ministère d’éducation théologique ayant commencé il y a quelques décennies au Libéria avec le missionnaire John Corey auprès de pasteurs peu alphabétisés. John Corey mettait au défi ces pasteurs d’améliorer leur capacité de lecture du texte biblique en leur demandant de lire 20 fois un livre de la Bible avant de le prêcher. Par la suite, il s’assoyait avec eux pour en faire une étude inductive verset par verset. Ce genre de formation permettait à ces pasteurs de développer les outils d’analyse et d’étude nécessaire pour prêcher la Bible de façon vraie et précise. 
Ville de N'Djaména
Le défi de la prédication est de saisir véritablement le message de l’auteur biblique du 1er siècle et de mettre nos défis contemporains en dialogue avec les vérités révélées, afin que la Parole de Dieu nous éclaire au 21ième siècle. Tout comme au Québec, là où le bât blesse c’est lorsque ceux qui prêchent la Parole de Dieu sont incapables de saisir le sens du texte biblique et donc plutôt que d’enseigner la Bible, ils enseignent des idées qu’ils importent dans le texte biblique. Concrètement en Afrique, ceci amène à la prolifération de fausses doctrines, au syncrétisme religieux avec la religion traditionnelle africaine, à la montée en influence de l’évangile de la prospérité et à des messages qui sont incapables d’amener les croyants à la maturité spirituelle (e.g., le maintient des tensions tribales dans l'Église, des interactions violentes avec les musulmans).


Le but du voyage : introduire le « Projet Romains » au Tchad

Petit Commerce dans les rues de N'Djaména
Le « Projet Romains » est donc très simple : il s’agit tout simplement de mettre au défi les pasteurs/prédicateurs/responsables qui y participent de lire l’épitre aux Romains 20 fois et de la retranscrire à la main dans un carnet une fois (lire Deutéronome 17:18-19). Par la suite, ils viennent assister à une journée de conférence où ils reçoivent une formation de base sur la nécessité de la prédication par exposition (ou textuelle), sur l’évangile dans l’épitre Romains (avec un accent spécial sur les questions africaines contemporaines) et sur l’étude biblique inductive. La journée de conférence permet à ces pasteurs de comprendre que leur lecture attentive, répétée et suivie leur a vraiment permis de bien comprendre le message de Romains de long en large selon ses propres termes et dans son contexte historique. Par la suite, il n’est pas si difficile de leur enseigner des notions de base en prédication par exposition. Pour récompense de leur efforts, les participants reçoivent un lecteur MP3 sur lequel se trouve plus de 500 heures de prédication verset par verset. Pour un pasteur n’ayant pas de bibliothèque, il s’agit d’une ressource d’une grande valeur. Le but c’est que ces méthodes d’étude inductives développées dans Romains soient utilisés pour tous les autres livres de la Bible.

Quartier populaire de N'Djaména
Le « Projet Romains » est déjà en cours dans plus de 20 pays, certains en Asie du Sud-est et la plupart en Afrique. Plus de 17,000 pasteurs ont déjà bénéficié du programme. Le but de notre voyage était d’introduire le projet au Tchad et de commencer la recherche pour un éventuel directeur national pour le Tchad, un pasteur local digne de confiance et bien reseauté qui pourra se charger d’étendre le « Projet Romains » aux provinces du pays. Mon rôle dans le voyage était de traduire de l’anglais vers le français pour mon professeur lors des conférences.

Petit compte-rendu du voyage au Tchad du 12 au 19 mars
Nous sommes partis le samedi 11 mars de Dallas et nous sommes repartis le 19 mars de N’Djaména (Tchad). D’abord, gloire à Dieu et merci pour vos prières parce que les déplacements dans les aéroports et dans le pays se sont très bien déroulées et nous n’avons pas été malades du tout.
Journée de conférence
Nous avions 2 grosses activités en lien avec le « Projet Romains ». Le mardi, nous avons rencontrés 10 dirigeants de différentes dénominations évangéliques tchadiennes pour leur faire une présentation du « Projet Romains » et de ses objectifs. D’abord, c’était fascinant de voir que ces différents leaders se connaissaient et avaient l’habitude de travailler ensemble, ce qui fait un peu différent d’avec le tribalisme que l’on peut parfois voir en Amérique du Nord entre les différentes familles évangéliques. La rencontre fut fructueuse et chacun des dirigeants acceptèrent de mobiliser leurs gens pour participer au projet. Ils nous affirmèrent sur le champs que 400 à 500 pasteurs de la ville et des environs pouvaient être mobilisés pour la conférence de samedi, mais à cause de contraintes d’espace dûes aux infrastructures dont nous disposions pour recevoir les invités, ce nombre fut limité à 150.
La deuxième grosse activité était la journée de conférence, samedi le 18. Environ 150 pasteurs se présentèrent pour une journée de conférence et la presque totalité d’entre eux prirent l’engagement de compléter les pré-requis du « Projet Romains ». Dieu soit loué, la conférence s’est vraiment très bien déroulée : la traduction fut facile (et mon accent québécois était compréhensible), les participants étaient reconnaissants et leur engagement à compléter les demandes était vraiment exemplaire.
Durant les jours où nous n’avions pas de tâches reliées au « Projet Romains » à proprement dit, Dr C et moi avons visité des ami(e)s, des missionnaires et des leaders tchadiens.
Le dimanche 19 mars, sur invitation du président de l’association des assemblés de frères du Tchad, j’ai apporté la prédication à l’assemblé des frères « la Bonne nouvelle », une église comptant environ 600 membres. Ce fut un grand privilège. C’était vraiment encourageant de voir que les assemblés du Tchad sont en santé et qu’elles sont engagées dans l’implantation d’église / l’évangélisation, l’action communautaire, la formation de disciples, la mission et l’éducation théologique. J’ai beaucoup appris de ma présence parmi eux.
Sanctuaire de l'assemblé de frères de la Bonne Nouvelle
Actions de grâces et prière pour le voyage
(1) Pour la sécurité et l’efficacité des déplacements, (2) aucun problème de santé, (3) fraternisation très encourageante, (4) une réponse excellente des tchadiens pour le « Projet Romains » parmi les 120 pasteurs enrôlés.
Il s’agira, dans le futur, de trouver un directeur national tchadien.
Quelques nouvelles et requêtes de prières
Je suis vraiment reconnaissant au Seigneur et à Dr C pour cette opportunité que j’ai eu de pouvoir prendre part à ce voyage : (1) j’ai vraiment été encouragé par tout le temps passé avec mon prof et pour les rencontres faites là-bas. Ça m’a permis d’avoir une meilleure compréhension du monde missionnaire et des défis actuelles de la mission mondiale; (2) j’ai beaucoup appris de mon contact avec les évangéliques tchadiens, notamment de leur capacité de collaboration; (3) j’ai été encouragé par le dynamisme des églises de frères au Tchad, en particulier leur implication en implantation d’églises / évangélisation, en mission, en actions communautaires et en éducation théologique.
Je suis donc de retour à Dallas et il me reste six semaines pour finir mon ThM. Je dois avoir fini toutes mes exigences académiques (travaux, examens et thèse) d’ici le 28 avril pour pouvoir graduer. Requêtes : (1) persévérance, acuité intellectuelle et passion afin que je puisse bien finir mes études; (2) grandir en amour, grâce et service; (3) transition vers le ministère à temps partiel au Québec et les études doctorales à l’université Laval; (4) choix d’un sujet de thèse pour l’université Laval.
Merci pour votre support en prière et vos encouragements divers! Je suis si reconnaissant au Seigneur!

Marc-André Caron 

jeudi 2 mars 2017

La Spiritualité selon l’épitre aux Hébreux

Qu’est-ce que la spiritualité?
La spiritualité réfère à la relation qu’une personne a avec l’Esprit Saint. Il est possible de marcher par l’Esprit et d’être conduit par lui (Gal 5:16–26) tout comme il est possible d’éteindre l’Esprit (1 Thess 5 :19) ou de l’attrister (Éph 4:30). En mettant leur foi en Jésus comme Sauveur et Seigneur, les chrétiens sont unis à Christ et baptisés du même Esprit dès leur conversion (1 Cor 12:13; Éph 1:13). Donc par « spiritualité », je n’entends pas une personne qui aime regarder les étoiles, qui est en quête de sens ou de vérité, ou qui entretient des réflexions profondes sur l’organisation de l’univers. Selon ce critère (= être ne relation avec l’Esprit de Dieu par l’union à Christ), il n’y a pas spiritualité à part du Dieu Trinitaire.
Dans ce blogue, je souhaite articuler la contribution de l’épitre aux Hébreux pour notre compréhension de ce que signifie être en relation avec Dieu. Se faisant, j’espère être encouragé par l’abondance de la grâce que les enfants de Dieu ont. Vous m’excuserez de la longueur du billet! 

La nouvelle alliance, le repas du Seigneur et l’Esprit Saint
La nuit avant sa crucifixion, Jésus a institué le « repas du Seigneur », un repas dans lequel le pain et le vin sont pris en commémoration de son corps brisé et de son sang versé (Matt 26:26–28; Marc 14:22–24; Luc 22:19; 1 Cor 11:23–26).
« Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous;  car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu.  Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. » Luc 22 :17–20
Quand Jésus a dit « nouvelle alliance », un paquet de promesses de l’ancien testament (ou l’ancienne alliance...) est venu dans la tête des disciples. Les prophètes avaient annoncé une nouvelle alliance, une nouvelle alliance entre Dieu et Israël dans laquelle Dieu lui-même allait transformer son peuple de l’intérieur de leur cœur pour qu’ils marchent en conformité avec lui (Jér 31:31–24; Ézek 36:24–27; 37:24–28). Entre autre :
« Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j'ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair. Je mettrai mon Esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. » Ézek 36:26–27
L’Esprit Saint, le médiateur de la présence de Christ et celui qui nous transforme
Jésus a été crucifié et enterré, puis il est ressuscité. Avant sa mort, il avait promis d’envoyer « un autre consolateur » (Luc 24:49; Jean 14:15–17, 26; 15:26–27; 16:12–15) c’est-à-dire l’Esprit de Dieu qui allait transformer les croyants, les équiper à rendre témoignage de Jésus et celui qui serait le médiateur de la présence de Jésus parmi son Église (Jean 16:12–15; Actes 16:7; 2 Cor 3:16–18). L’Esprit est descendu sur les croyants lors de la Pentecôte (Actes 2).
Au travers du livre des Actes, l’Esprit Saint donne la puissance nécessaire à l’Église pour témoigner de Jésus par la prédication et des miracles.
Paul explique dans ses écrits que l’Esprit est celui qui guide les chrétiens et qui les transforme à l’image du Christ (Rom 6:2; Cor 3:19). Il répand son amour dans le cœur des croyants (Rom 5:5) et il leur permet de vivre pour Dieu dans la justice, la sainteté et la liberté de la loi et de la condamnation (Rom 8:1–17).
« Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. » Rom 8:12–16
Le point de vue unique d’Hébreux
Quand on arrive à l’épitre aux Hébreux, la perspective est différente. L’auteur ne parle pas beaucoup du Saint-Esprit (il est mentionné en passant en 2:4; 3:7; 6:4; 9:8, 14; 10:15, 29). Contrairement à Paul qui développe abondamment le rôle du Saint-Esprit pour la transformation du cœur des croyants et de leurs actions (e.g., Rom 8; 2 Cor 3; Gal 5; Éph 5), le rôle de l’Esprit Saint dans la marche du croyant n’est pas explicitement expliquée dans l’épitre aux Hébreux. Cependant, la fonction du Saint-Esprit dans la transformation du croyant est sous-entendue dans les passages qui touchent la Nouvelle alliance (on peut voir la résonance dans 8:10–11; 9:13–15; 10:15; 13:20–21. Surtout 9:14).
Ceci soulève la question, quelle est la contribution particulière de l’épitre aux Hébreux à propos de la vie spirituelle, c’est-à-dire de la relation entre les croyants et Dieu?
Puisque l’épitre aux Hébreux est plutôt complexe, je ne vais que me concentrer sur un motif en particulier, celui du mouvement.
L’épitre aux Hébreux fut destinée à une communauté persécutée pour le prix de sa foi; elle vit dans la souffrance et la peur de la mort (e.g., Héb 10:32–39; 13:13). Les destinataires de l’épitre sont dépeints comme étant le peuple de Dieu en migration. Ils sont toujours au seuil d’une frontière: sur le point d’entrer dans la terre promise, mais pas encore tout à fait arrivé.
 Les exhortations consistent en des verbes de mouvements, si bien que la vie chrétienne est une migration : les chrétiens migrent vers le salut (2:1–4), le repos du sabbat (3:1–4:13), la perfection (5:11–6:20), la promesse (11:39), la montagne de Sion, la Jérusalem céleste (12:25–27) et la cité éternelle à venir (13:14). Le dangers sur la route sont la désorientation en étant emporté ailleurs (2:1–4), l’incrédulité et la désobéissance (3:1–4:13), l’apostasie (6:6), s’abandonner au découragement (« le péché », 12:4), et le confort de la cité terrestre (13:14). Ainsi, les chrétiens doivent imiter ou éviter les exemples du passé: ceux qui ont brisé la loi (2:2), la génération dans le désert (3:1–19), Abraham et la génération du désert (6:12–15), leurs conducteurs (13:7), les héros de la foi (11:1–40) et Ésaü (12:16–17).
Il y a un paradoxe. D’un côté, la vie chrétienne est une vie d’endurance et de souffrance. C’est une vie de mouvement constant, quasiment étourdissante, dans laquelle il ne faut jamais arrêter de marcher. De l’autre côté, les chrétiens, bien qu’ils marchent sur Terre, n’ont pas à peiner pour accéder à la présence de Dieu. Durant ce voyage, les migrants, ceux qui ont pris refuge en Dieu (6:18), peuvent approcher le trône de grâce dans le sanctuaire céleste pour être secourus de leurs besoins, et recevoir miséricorde et grâce (2:18; 4:14–16; 7:25; 10:19–25). Ce mouvement vers Dieu est sans effort, toujours possible et acquis par Christ, car il est leur souverain sacrificateur, celui qui les amène directement dans le Saint des Saints, c’est-à-dire la présence de Dieu. Que fait un souverain sacrificateur? Une fois par année, celui-ci entrait dans le Saint des Saints (là où la présence de Dieu résidait) et il aspergeait le sang sur le propitiatoire sur l’arche de l’alliance pour le pardon de ses péchés et des péchés du peuple. Par cette action, le souverain sacrificateur pourvoyait à ce qui était nécessaire pour que le peuple d’Israël soit en relation avec Dieu. Toutes ces choses étaient des ombres des choses à venir en Christ, lui qui notre vrai grand souverain sacrificateur.
Bien que la vie puisse nous désorienter, nous fatiguer, ou être franchement difficile par la foi (11:33, 37 « par la foi [...] ils furent lapidés, sciés, torturés... »), les chrétiens POSSÈDENT un souverain sacrificateur miséricordieux et compatissant qui leur donne un accès DIRECTE à la présence de Dieu.[1] La difficulté du chemin sur la Terre est amplement compensée par la richesse des provisions de grâce que notre souverain sacrificateur nous donne en nous donnant un libre accès au sanctuaire.
Sachant que le ministère de l’Esprit Saint est en partie d’être le médiateur de la présence de Christ (e.g., Jean 16:12–15; Actes 16:7; 2 Cor 3:16–18), je pense que l’auteur de l’épitre aux Hébreux ne parle pas tant de l’Esprit Saint dans son épitre en connexion avec la vie spirituelle des croyants parce qu’il a comme angle particulier l’accès immédiat à la présence de Dieu que Christ, le grand souverain sacrificateur, permet à ses frères et sœurs d’avoir. Vous pouvez observer dans les passages suivants que (1) l’accès à Dieu est quelque chose que les croyants possèdent; (2) cet accès est sans effort pour le croyant; (3) c’est le moyen d’obtenir la grâce nécessaire pour persévérer.
« Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » Héb 4:14–16
« C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. » Héb 7:25
« Ainsi donc, frères, nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire de sa chair, et nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu; approchons-nous donc avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. » Héb 10:19–22
Le voyage sur Terre est ardue : « vous avez besoin d’endurance » (10:36) ... « vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché » (12:4) ... mais la grâce nécessaire pour enfiler un pas après l’autre se trouve dans la grâce, la miséricorde et lu secours au temps opportun que nous avons dans la présence de Dieu. Il n’y a pas de chemin à difficile à parcourir pour recevoir cette aide : c’est Jésus notre précurseur (6:19) qui a fait le chemin pour nous. C’est en ‘fermant les yeux’ qu’on a accès avec assurance au trône de grâce.
En vertu du sacrifice parfait de notre souverain sacrificateur, on se transporte réellement dans la présence de Dieu où nous pouvons déposer nos demandes avec assurance pour trouver miséricorde et grâce.
Quand on ferme les yeux pour prier, rien ne semble se passer. Mais Hébreux nous fait voir que nos prières se rendent jusqu’au trône du Dieu de l’univers et que Jésus y est présent et intercède constamment pour nous. C’est une erreur sans fin de penser que la prière est passive et qu’elle n’accomplit rien.
Si je pouvais me rendre au trône de Dieu pour obtenir grâce, miséricorde et le secours dont j’ai besoin, le ferais-je? L’épitre aux Hébreux tire sur le voile de la réalité et nous montre que avons cet accès et que la seule chose qui nous prive de la grâce, de la miséricorde et de l’aide dont nous avons besoin, c’est notre propre négligence.
Pour moi, penser à ces thèmes m’a béni en me permettant de visualiser ce qui se passe lorsque nous nous tournons vers Dieu. Cette vision de majesté renouvelle ma gratitude envers ces grâces que Dieu nous donne, et me pousse vers mon Dieu pour que je me puisse me prévoir de la grâce que j’ai besoin.

____________________________________________________________________
Quelques nouvelles et requêtes de prière
(1) Du 12 au 19 mars (durant ma semaine de lecture), je vais être en Afrique pour servir de traducteur pour l’un de mes profs. Mon prof, Richard Calenberg, est un missionnaire qui a passé plusieurs décennies au Nigéria. Depuis quelques années, il organise des conférences pour pasteurs en Afrique. Il est dit de l’Afrique que le Christianisme « est large de 10,000 kilomètres, mais d’une profondeur d’un centimètre ». En bref, les Églises luttent avec le syncrétisme et avec l’évangile de la prospérité. Dr Calenberg fait de l’éducation théologique au niveau des pasteurs avec le « Projet Romains ». Les participants de la conférence doivent lire l’épitre aux Romains 20 fois et la recopier une fois dans un carnet. Ensuite, ils assistent à une conférence qui consiste à de la prédication par exposition sur l’épitre aux Romains. Si les participants ont rempli les attentes du programme, ils reçoivent un lecteur mp3 avec 500 heures de prédications par exposition. Pour un pasteur n’ayant pas de formation ni de bibliothèque, c’est un outil de travail vraiment incroyable. De plus, la maitrise de l’épitre aux Romains leur permet de saisir l’évangile dans ce qu’elle EST et ce qu’elle n’est PAS, ce qui corrigera bien des fausses doctrines. Donc bref, Dieu m’a béni avec l’opportunité d’aller visiter les frères et sœurs d’un pays africain et de participer à l’éducation théologique mondiale. Mes frais sont couverts par l’organisation de mon prof. Vous pouvez certainement prier pour ce voyage!
(2) Pour bien finir ma dernière session au séminaire. Il ne me reste que 2 mois! Priez pour l’énergie, la passion, la discipline et l’acuité intellectuelle. J’ai beaucoup à faire.
(3) Transition vers le ministère pastorale et l’université Laval.

Merci de vos prières et de votre support moral et financier!

Marc-André




[1] Voir l’ensemble des verbes de déplacement: approcher (προσέρχομαι) 4:16; 7:25; 10:22; 11:6; 12:18, 22; sortir (ἐξέρχομαι) 13:15; approcher (ἐγγίζω 7:19); entrer (εἰσέρχομαι) 3:11, 18, 19; 4:1, 3, 5, 6, 10, 11; 6:19, 20; 9:12, 24, 25; 10:5.

dimanche 12 février 2017

Est-ce que ce sera plate au ciel?

À en croire les annonces de fromage à la crème, la vie après la mort se passera sur un nuage à jouer de la harpe pour l’éternité. C’est statique, sans action et sans développement. Il est particulièrement difficile de concevoir comment quelque chose qui ne bouge pas peut être plaisant pour l’éternité. Si c’est vraiment comme ça, cela peut être difficile de concevoir comment l'éternité ne sera pas ennuyante.
Donc est-ce vraiment le cas?
Pour comprendre ce à quoi ressemblera la vie dans l’éternité, je suggère (toutes ces idées viennent vraiment d’un de mes profs en théo, Michael J. Svigel) que l’on commence par ce que Adam & Ève avaient été chargé de faire. 
Ye Hongxing "East of Eden"

Comprendre la fin par le début
Dans le 1er chapitre de la Bible, le jour six décrit la formation des créatures terrestres (vv. 24–31), avec comme focus particulier comment Dieu a créé l’humanité de façon unique « à son image ».
« Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. »
« Dieu créa l'homme [l’humanité] à son image, il le créa à l'image de Dieu, homme et femme il [le, i.e., l’humanité] créa. » Genèse 1:26–27
Tandis que toutes les autres créatures ont été créée « selon leur espèce » (Gen 1:21, 24–25), l’identité de l’humanité est définit par la phrase « à l’image de Dieu ». L’image (tselem, צֶלֶם) est une représentation physique (une statue). Au Proche-Orient ancien, les statues étaient des symboles physiques de la domination d’un souverain, une genre de représentation de leur règne et de leur autorité. Être créé à l’image de Dieu implique donc la responsabilité d’étendre le règne de Dieu sur la Terre, ce qui est expliqué au v.28.
« Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » Genèse 1:28
Comment les humains ‘imagent’-ils Dieu? En se multipliant et en assujettissant la Terre. Pourquoi est-ce important? Le 2ième chapitre de la Genèse explique que ce n’est pas toute la Terre qui était habitable, ordonnée et productive.
« Lorsque l'Éternel Dieu fit une terre et des cieux, aucun arbuste des champs n'était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car l'Éternel Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol. » Genèse 2:5
Par la suite, l’Éternel fait pousser de la végétation et plante un jardin, Éden, dans lequel il place l’homme. La fonction de l’homme et de la femme était donc d’étendre le règne Dieu sur le reste de la Terre: en « l’édenifiant » en la cultivant et en lui donnant un ordre. Cependant, on connait le reste du récit... l’humain se rebelle contre Dieu, ce qui résulte en des déchires entre l’humain et Dieu, entre chaque personne, entre l’homme et la femme, et entre l’humain et la nature. L’humanité va de drame en drame : meurtres viols, vols et écocides. L’image de Dieu dans l’humain est déformée, corrompue.
Jésus, l’image de Dieu prise #2
Être créé à l’image de Dieu prend réellement son sens quand on regarde à celui qui est l’image de Dieu, Jésus. Le NT répète ce thème à plusieurs reprises (2 Cor 3:18; 4:4; Col 1:15; Héb 1:3). Mon prof de théo, Michael J. Svigel, résume cela ainsi :
— « En tant qu’image de Dieu, Christ est le souverain de toute la création (Col 1:15–18).
— En tant qu’image de Dieu, le Fils s’est incarné dans une humanité créé selon l’image de Dieu.
— En tant qu’image de Dieu, Christ est le but de l’existence humaine et le moyen de racheter et d’amener l’image de Dieu à la perfection ». En plaçant leur foi en Christ, les humains sont unies à lui, et sont ainsi progressivement transformer à son image par l’Esprit de Dieu : 
« Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » 2 Cor 5:17
« ... afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine...» 2 Pierre 1:4
« Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. » 1 Jean 3:2

Comment comprendre la fin de l’humanité à la lumière de son commencement?
Nous avons dit que le but de l’humanité en tant « qu’imageur » de Dieu était d’étendre son règne en 'édenifiant' la Terre. Se faisant, la gloire de Dieu allait se répandre sur Terre et l’humanité allait partager cette gloire — l’humanité a été créée pour la gloire (1 Cor 15:43–44; 2 Cor 5:16–18; Phil 3:21; Héb 2:5–9).
Pour revenir au mythe par lequel nous avons commencé : la fin des temps dans la Bible n’a jamais rapport avec un état statique dans les nuages. L’espérance chrétienne est toujours ancrée dans le physique, dans le corporel, dans le concret. La foi chrétienne repose sur l’espérance de la résurrection. Ainsi si une vision de la fin des temps est comparable à un monde statique et sans progrès, un peu comme une annonce philadelphia, ce n’est définitivement pas une vision chrétienne du future. De même « aller au ciel et jouer de la harpe » n’a rien de biblique. 
 L’Apocalypse parle de nouveaux cieux et d’une nouvelle Terre (Apo 21:1), dans lequel la justice habitera (2 Pi 3:13) et où il n’y aura ni deuil, ni cri, ni douleur « car les choses premières ont disparu » (Apo 21:4). Les choses premières caractérisent ce côté-ci de la création, mais elles sont passées en Christ, qui a vaincu la mort. L’existence dans les nouveaux cieux et la nouvelle Terre seront à son image, à l’image de Dieu. [Donc le titre de l'article est trompeur. Les chrétiens ne vont pas tant au ciel plutôt qu'ils vont dans une nouvelle Terre. Le paradis, la structure intermédiaire de l'après-vie en attendant la résurrection, n'est pas le ciel tel qu'on se l'imagine. C'est un genre d'Éden, encore une fois.]
Ce qu’on fera dans la fin des temps peut être compris par ce que nous aurions fait dans le monde si il n’y avait pas eu la chute. Si Adam & Ève n’avaient pas chuté, ils auraient continué de cultiver le jardin et d’assujettir le reste de la Terre. Combien de temps faudra-t-il pour cela dans le futur? Peut-être mille ans (Apo 21) ?
Donc que fera-t-on dans l’éternité? Nous serons toujours progressivement conformer à l’image du Dieu-homme, Jésus. Mais puisque nous sommes des êtres limités/finis, on ne pourra jamais cesser de découvrir l’infinité de Dieu et de progresser dans notre compréhension de qui il est, de s’émerveiller devant sa personne. Nous ne serons jamais COMME lui, car il est éternel, incomparable en grandeur, en puissance, en amour, en grâce — dans toutes les attributs de sa personne. Mais puisqu’il est infini, nous pourrons pour toujours grandir à son image (puisqu’il y a aura toujours un fossé entre nous, des êtres limités, et lui, l’être infini).
Dans la fin des temps chrétiennes, nous continuerons d’apprendre, nous continuerons de grandir et nous continuerons d'être actif, de faire des choses et de le servir: « ... Et ils régneront aux siècles des siècles » (Apo 22:5) — ce que nous devions faire dans le jardin d’Éden.

Petite réflexion Ad Hoc -- En quoi est-ce pertinent de parler de la fin des temps? 
Parce que parler d'eschatologie (i.e., le futur selon la Bible) répond à la question « qu’est-ce que ça change d’être chrétien? ». Si ta foi ne débouche pas sur le futur, à quoi bon?
Pourquoi se soucier de l’eschatologie? Parce que l’eschatologie c’est l’espérance du chrétien. L’effet de cette espérance n’est pas de fixer les étoiles, mais elle change le présent pour ceux qui espèrent en Dieu par leur obéissance par la foi, dans l’espérance que ce qui est assuré de prendre place prendra place sur la base des actes rédempteurs passés de Dieu et de sa nature. L’espérance pousse à la sainteté : « Quiconque a cette espérance en lui se purifie » (1 Jean 3:3); « Puisque donc toutes ces choses [le ‘vieil’ univers] doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété? » (2 Pierre 3:11). L’espérance produit de la persévérance (Héb 10:19–25) et elle est thérapeutique: elle offre une grande consolation en face de la souffrance, des épreuves et du vieillissement. Ce qui est brisé chez ma sœur Laurie sera restaurée dans le futur. Les pleurs des pauvres et des exploités de ce monde seront essuyés : « Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu » (Apo 21:4). Faut-il aller dans les détails? Il est impossible d’espérer dans l’espérance. Dans la mesure où la Bible révèle les détails sur le futur, les chrétiens ne doivent pas se priver de les étudier et de les chérir --- d'ancrer leur espérance dans les promesses concrètes de la Révélation. 
_______________________________________________________________________ 



Quelques nouvelles et requêtes de prières
La session se passe bien. Le fait d’avoir 3 cours me permet de consacrer beaucoup de temps à ma thèse de maitrise. J’ai remis mes 2 premiers chapitres à mes superviseurs lundi passé. Il m’en reste deux autres à faire. J’espère avoir complété le premier jet d’ici la fin février. Cette semaine, j’ai passé les examens écrits d’admission au doctorat en NT à DTS. Ce fut un gros 6 heures intense de traduction, de syntaxe grecque, d’arrières plan historique et de questions variées sur la théologie du NT. Même si c’est à 99.9% certain que je ne poursuive pas à Dallas, je faire cet examen quand même par expérience personnelle (et aussi parce que j’avais payé les frais d’inscription en septembre passé...).
Imaginez-vous donc que j’irai (probablement, Dieu voulant) en Afrique pendant une semaine durant ma semaine de relâche. Je servirai de traducteur pour l’un de mes profs. Ce sera une bonne expérience de mission mondiale et ça me permettra d’être encouragé par la foi des frères et des sœurs d’Afrique.
Comment prier pour moi? (1) Bien finir mes études à DTS: discipline, acuité intellectuelle et passion; (2) Voyage en Afrique; (3) Transition vers le Québec et le monde pastoral (grandir en grâce, en service et en discernement); (4) doctorat à l’université Laval et le choix de mon projet de thèse.

Je vous remercie de tout cœur pour vos bons mots et votre support en prière et matériel. J’ai hâte de revenir œuvrer dans l’évangile au Québec.

« Que le Dieu de paix, qui a ramené d'entre les morts le grand pasteur des brebis, par le sang d'une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus,  vous rende capables de toute bonne œuvre pour l'accomplissement de sa volonté, et fasse en vous ce qui lui est agréable, par Jésus Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles! Amen! » Hébreux 13:20–21

Marc-André